The Blog

PALAU

Share on facebook
Share on whatsapp
Share on linkedin

Nichée, entre Capo d’Orso et la Punta Sardegna, nous voyons le centre habité de Palau.  Petit noyau de paysans et de pêcheurs au début  du dix-huitième il compte maintenant plus de 4000 habitants avec les écoles, les bureaux, et de différentes activités commerciales, dont plusieurs liées au tourisme. 

Commune autonome depuis 1959, c’est un important carrefour du trafic de passagers et de fret. D’ici partent les ferries qui relient la Sardaigne à l’île La Maddalena 24 heures su 24, sept jours sur sept. C’est toujours d’ici le départ des excursions à la journée aux îles mineures de l’archipel. A partir de 1929 Palau se développa comme un carrefour important grâce aussi au bout de la voie ferrée Sassari- Tempio Pausania – Palau, parce qu’il y a le terminus du Petit train vert, grâce auquel on peut admirer les campagnes magnifiques de la Gallura.

Pilules de curiosité: l’origine du nom

On a formulé de différentes hypothèses sur l’origine du nom : selon certaines sources orales il serait lié au marais – à l’étang (en Italien « palude »). En Catalan au contraire signifie « bâtiment“, tandis que en gallurese signifie « réservoir d’eau ». L’important est de ne pas le confondre avec la République de Palau qui est formée par un archipel de plus de 200 îlots et se trouve dans l’océan Pacifique !

Le développement de Palau

Les alentours de Palau étaient déjà habités à l’époque nuragique. Plus tard les populations côtières se déplacèrent vers l’intérieur de l’île pour s’échapper de la malaria et des invasions barbares venantes de la mer. Les premiers bergers repeuplèrent la zone de Palau vers le 1700. Comme année de fondation du village on indique le 1875, quand Giovanni Domenico Fresi construisit la première maison dans l’actuel centre historique de Palau. Aujourd’hui le Palazzo Fresi est le siège de la bibliothèque communale et de l’office de Tourisme. En ville il y a aussi un petit musée des traditions.

A déterminer la véritable croissance de Palau pendant les années successives au 1960, fut le tourisme. De grand intérêt sont les sites archéologiques comme le Nuraghe Barrabisa ou le tombeau des géants Li Mizzani d’époque nuragique ou ceux d’importance historique-militaire comme la forteresse de Monte Altura strictement reliée au renforcement du système défensif de La Maddalena et à l’époque de sa construction considérée une de plus belles d’Europe.

Le parais pour les passionnés de wind surf et Kitesurf

Les plages aux alentours de Palau sont splendides, par exemple celle des Faraglioni, ou celle de Porto Pollo, destination incontournable pour les passionnés de wind surf et Kitesurf. La Sciumara, en langue gallurese « l’embouchure » est aussi très belle et sépare Palau de Porto Rafael. La Sciumara est renommée aussi pour un triste fait de guerre, quand en avril 1943 y a coulé le croiseur Trieste. L’épave, une fois récupéré fut vendu à l’Espagne.

La baie de Mezzo Schifo: une mer d’Histoire

Dans la baie de Mezzo Schifo, le bras de mer entre Palau et Porto Rafael, s’arrêta entre 1803 et 1805 la flotte de l’Amiral Horatio Nelson.  La baie est bien protégée et elle a une excellente position stratégique. Le nom de « la baie de Nelson » dérive de la présence d’un grand nombre d’hommes, on dirait plus de 3000, entre marins et officiers britanniques engagés dans des manœuvres militaires et des parties de chasse.

On raconte que l’Amiral Nelson ne descendit jamais à terre, d’autres disent qu’il craignait la malaria ou encore qu’il était toujours prêt à partir. Il est certain qu’il entretint de bonnes relations avec certains personnages de l’île, notamment le capitaine du port Agostino Millelire souvent invité à bord du légendaire Victory qui,  avec un équipage de 750 hommes équivalait à presque la moitié de la population de La Maddalena.

TICKET STANDARD
VIP TASTING

per una giornata da sogno

INSERISCI IL CODICE SCONTO
NEL TUO CARRELLO

EU45

valido solo per ticket ponte Standard

Call Now ButtonCHIAMA ORA